Accueil »Formations »Journées Nationales »Grenoble 2021 »Grenoble 2021 - Symposium ViiV
Partager cette page sur les réseaux sociaux : sur Facebook sur Twitter

SYMPOSIUM ViiV | Inégalités et VIH : un défi commun ?

Renforcer la résilience sanitaire aujourd'hui pour faire face à l'imprévisible demain

En tant que décideur public, la première chose qui frappe mon regard lorsqu’il se penche sur l’impact que ces deux dernières années ont eu sur la lutte contre le VIH/Sida est indubitablement l’aggravation des inégalités préexistantes à la pandémie.
 
Ce constat appelle à mon sens un nécessaire renforcement des dispositifs d’accompagnement spécifiques des personnes atteintes par le VIH, avec comme priorité absolue les personnes en situation précaire. En effet, au-delà de la maladie, le VIH a très fréquemment pour effet de placer les personnes qui en souffrent en marge de la société, y compris lorsqu’elles s’y trouvent déjà du fait de leur situation personnelle. Or, plus une personne vivant avec le VIH (PVVIH) est isolée, moins elle sera à même d’être prise en charge, et réciproquement.
 
Ce cercle vicieux, le travail d’associations comme Nouvelle Aube peut le briser, car il permet de tenir compte des spécificités des parcours de vie de chaque PVVIH et lui offrir la réponse la plus adaptée afin d’améliorer ses conditions de vie ; et obtenir le concours des PVVIH dans la lutte contre le virus n’est pas un luxe, c’est indispensable.
 
Suivant la même logique de réponse collective, il convient de ne surtout pas agir en silos et, à l’inverse, de mettre en place un cadre commun où chacun des acteurs concernés peut coordonner ses actions avec les autres, dans un souci d’optimisation. À cet égard, l’approche transversale promue par la Stratégie nationale de santé sexuelle (SNSS) apparaît comme particulièrement pertinente : en incluant l’ensemble des acteurs (corps médical, chercheurs, associations, élus, sociologues, …), elle permettrait de déployer le plein potentiel des actions entreprises par chacun au bénéfice de la lutte contre le VIH lato sensu.
 
Cette action au plus près des populations passe également par la pédagogie, car l’ignorance vient trop souvent saper les efforts consentis contre le virus lui-même ou contre les discriminations qu’il véhicule. C’est ce travail qu’effectue l’association IDsanté : en 2018, dans l’Est Guyanais, 59,7 % des personnes pensaient que le VIH se transmettait par les piqûres de moustiques et 25,8 % qu’elles étaient protégées grâce aux remèdes traditionnels. Les actions que les personnes engagées dans cette association entreprennent dans les villes reculées, les villages, au sein de groupes parfois marginalisés est déterminante afin de rétablir la réalité des faits.
 
Pour garder l’exemple de la Guyane, celui-ci illustre aussi la façon dont il faut tenir compte des spécificités géographiques et territoriales. Il pose le problème de la coopération transfrontalière. C’est une donnée qu’il est important d’avoir en tête : aussi dense que soit la circulation des individus dans ces territoires, il est impossible d’aborder les problèmes de santé et d’inégalités à travers le seul prisme national. Ce constat est pertinent dans l’absolu, comme le montre la lutte contre l’orpaillage illégal sur ce territoire, mais d’autant plus en matière de santé publique, car il apparaît désormais évident à tous que les virus ne s’embarrassent pas des frontières.
 
Sur ce point, la pandémie a souligné le caractère déterminant des actions de terrain à l’échelle mondiale, beaucoup de personnes ayant été perdues de vue, conduisant ainsi soit à des difficultés d’accès à la prévention, soit à une rupture de leur parcours de santé, pourtant indispensable en matière de traitement. C’est extrêmement problématique, car le travail accompli jusqu’à présent a été rudement mis à mal par ces pertes de contact, et il ne sera pas évident de remonter la pente avec la même vitesse que celle avec laquelle nous y avons glissé.
 
De manière globale, il est un mot clé que l’on doit garder à l’esprit : la résilience. Cette résilience dans le temps et dans l’espace, face aux conséquences des catastrophes susceptibles de s’abattre sur l’humanité doit justement nous permettre de les affronter ensemble, en employant à cette fin les forces dont chacun dispose.
C’est en nous donnant les moyens de lutter durablement contre l’épidémie et ses conséquences que nous parviendrons à y mettre un terme de même qu’aux discriminations qu’elle génère encore quotidiennement.
 
M. Jean François Mbaye, député de la 2e circonscription du Val-de-Marne, président du groupe d'études parlementaire sur le sida.
 

22e Congrès National de la Société Française de Lutte contre le Sida
29 septembre au 1er octobre 2021
Grenoble - En présentiel et virtuel

Symposium ViiV - Inégalités et VIH : un défi commun ?

Reportages vidéos

Nouvelle Aube

   

!Dsanté

 

Glossaire

ARS : Agences régionales de santé

CeGIDDs : Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des infections par les virus de l'immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles.

Trod : Test Rapide d'Orientation Diagnostique

PrEP ou Prophylaxie Pré-Exposition : Principe de prévention, la Prep s'adresse aux personnes qui n'ont pas le VIH et consiste à prendre un médicament afin d'éviter de se faire contaminer.